A la sortie du temple bouddhiste, nous constatons que les « choses ne se sont pas arrangées. La pluie tombe finement, mais mouille tout de même. Mon appareil photographique étant donné vendu comme résistant à la pluie, je continue à prendre des photos. On verra bien si la publicité disait la vérité.
Nous nous dirigeons à pied dans les rues, zigzaguant entre les toits protecteurs des rares commerçants ambulants.

WORDPRESSRS20170331112106
Attention aux scooters !
WORDPRESSRS20170331112139
La viande est vendue à l’étalage sans réfrigération associée.
WORDPRESSRS20170331112150
Un morceau pour la route ?
WORDPRESSRS20170331112230
Avantage : avec la pluie, pas de mouches…

WORDPRESSRS20170331112302

WORDPRESSRS20170331112401
C’est le déluge dans certaines rues.

WORDPRESSRS20170331112417

WORDPRESSRS20170331112611

A défaut de commerçants ambulants, je commence à utiliser les pas de porte des échoppes comme toit protecteur de fortune. Ce qui me donne l’occasion d’immortaliser des scènes du quotidien.

WORDPRESSRS20170331112811
Il pleut : parfait pour aller chez le coiffeur.
WORDPRESSRS20170331112848
Magasin de réparation électronique.
WORDPRESSRS20170331112913
Entrepôt de stockage du magasin de réparation électronique. L’avantage : le matériel est lavé sans frais !

Nous atteignons le centre du village, où la maison commune s’offre à nous dans une ambiance humide.

WORDPRESSRS20170331113200

WORDPRESSRS20170331112539

WORDPRESSRS20170331113112

WORDPRESSRS20170331113315

Après quelques minutes à profiter des reflets des pavés sous la pluie, nous partons déjeuner chez des habitants.

Tout était excellent et nous avons profité de notre repas constitué de nombreux plats différents.


Mais toutes les bonnes choses ont une fin, et il a bien fallu ressortir pour retourner à notre véhicule garé à quelques centaines de mètres de là.
Mon appareil photo ne rechignant toujours pas à fonctionner sous la pluie (la pub n’avait pas dit que des bêtises), j’en ai profité pour dresser un inventaire le plus complet possible des scooters amphibies vietnamiens.

Pendant que je m’amusais, d’autres travaillent à la voirie.

Enfin, pas tous ! Car comme nous autres Français, les Vietnamiens adorent passer du temps aux terrasses des cafés pour y jouer à des jeux de cartes ou de dominos.

WORDPRESSRS20170331134450

Il est temps de reprendre la route pour rejoindre et visiter deux belles pagodes. Je vais en profiter pour faire une petite sieste durant le trajet…

Rédigé par Richard

En voyage permanent...

(4 commentaires)

  1. Je retiens… La pluie, la dextérité de la ‘Dame aux nouilles’ avec ses baguettes…
    J’adore la série sur les scooters amphibie…
    Par contre, je me marre en voyant le réparateur d’appareils électronique… je repense aux réponses laconiques et désespérantes de techniciens de SAV de Darty ou de la Fnac pour ne citer qu’eux quand on amène un appareil d’à peine deux ans et qu’on nous dit… M’sieur, ça vaut pas le coup de le réparer et en plus, chuis certains qu’on n’a plus les pièces..!!!
    😉

    J'aime

    1. Et oui ! au Vietnam rien ne se perd, rien ne se jette, tout se transforme. Mais il faut tout de même oser stocker sous la pluie ce type de matériel. Pour les nouilles : elles étaient cuites parfaitement !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s